29/07/2020

Etre une rebelle bienveillante, mon histoire !

Sylvaine messica, dessin de PEK
Partagez !

C’est mon anniversaire ! Avoir cet âge et en plus avoir travaillé très jeune fait de moi une femme riche d’expériences et d’expertises que je transmets à mes clients et apprenants, coachés ou formés ! Vous me demandez que je raconte davantage mon histoire… C’est un long chemin, j’y viens…

Le story telling n’est pas un exercice facile et d’ailleurs j’entraîne des orateurs à le faire… Je le fais aussi en conférence et là maintenant juste pour vous transmettre quelques enseignements. Et pour la musique, je continue, je vais bientôt enregistrer un album qui sera aussi nourri et authentique, une autre façon de raconter.

Alors pourquoi me justifier comme beaucoup d’entre nous, le font ? Parce-qu’une femme doit toujours prouver selon les codes de la société qui bouge mais pas tant que ça !

Si j’avais eu ce même caractère de combattante, avec des valeurs, qui ne se laisse jamais faire et qui reste bienveillante, si j’avais été un homme avec ce caractère, j’aurais été respectée et peut-être adulée !

J’ai vécu dans une banlieue prolétaire, disons-le, des zones pavillonnaires à 35 km de Paris, avec un petit terrain et des maisons toutes pareilles. Mon père me disait, tu trouveras un mari qui te prendra un magasin et un petit ami de jeunesse avait déjà tout prévu pour moi comme sa petite épouse dévouée, mais c’était mal me connaître ! La deuxième année de ma troisième redoublée, j’organise une révolte bienveillante et surtout très fun dans la classe et j’anime ce collectif pour que jamais un jour ne soit ennuyeux ! Je faisais déjà mon métier d’aujourd’hui ; créer des séminaires team building 🙂 ! Du coup, ma sanction fut sévère puisque la conseillère d’orientation était ravie de m’expédier en BEP-CAP Sténo-Dactylo, ce à quoi ma mère a dit “très bien”, elle avait été assistante de direction et pour elle je serais “une bonne fille”… C’était mal me connaître !

Arrivée à Trappes, lycée professionnel, banlieue tendue, cette classe de sténo-dactylo m’a beaucoup appris et pendant 2 ans, j’étais la Speedy Gonzales du clavier, ce qui m’est resté, j’ai perdu les hiéroglyphes, enfin la sténo (je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître…). Dans ma classe, il y avait Farida, la cheffe de la bande, affirmée, drôle et dure, Sabrina, la douce et empathique amie à l’écoute, et Yamina, la gentille et rebelle qui refusa son mariage forcé au pays, des femmes toutes, comme arrivées là par défaut et finalement tellement complémentaires et singulières.

Dans une cité de Trappes, oui là fallait oser, je trouve un travail de vendeuse samedi et dimanche, et ma carrière de vente est lancée : la libération démarre !

Je savais qu’à travers mon talent découvert pour la vente, j’allais pouvoir m’émanciper et voler de mes propres ailes. J’avais aussi un rêve d’artiste dans la musique, que je réaliserai beaucoup plus tard (2019) à travers mon EP “Rebelle bienveillante, dont je suis fière de dire qu’il est classé dans les meilleures écoutes sur Deezer ! Je me voyais “en haut de l’affiche”, chanteuse, femme d’affaires, imprésario, présidente d’un label, bref ma pleine confiance naissait car j’en faisais des ventes dans la petite boutique et les clients repartaient heureux.

J’ai ensuite repris un Bac Vente représentation que j’ai obtenu avec mention bien et la meilleure note de l’académie à l’oral de vente : j’étais une oratrice, mon plaisir suprême était de convaincre une assemblée de jurés plus ou moins austères : une vraie bonimenteuse pleine d’enthousiasme et de persuasion, bref, une conférencière, une conteuse, une vendeuse (ce que je suis toujours).  N’ayons pas honte, on vénère les speakers américains, je ne les avais pas vu mais je faisais ça avec mon cœur car le combat amène toujours à se dépasser et à argumenter pour tout, ce que j’ai toujours fait. Ma vie était une bataille permanente pour m’émanciper, être libre et indépendante, faire ce que j’aime et avec qui me plait.

Puis, j’ai été pendant cette formation la première stagiaire de la régie 15/34 de la radio NRJ, j’étais connue pour m’être affirmée et avoir fait face au méchant directeur qui avait fini par m’embaucher. Il faisait pleurer ses équipes, était malveillant, dur, cassant et dominant. J’étais là pour vendre mais aussi faire des rencontres dans la musique car il fallait être dans “la famille”. Famille très distrayante, un concert par jour dans des conditions incroyables, mais les paillettes et le harcèlement m’ont amenés à choisir encore une fois la liberté et l’émancipation.

J’ai été une assistante leader ! Le leadership n’est pas une question de hiérarchie.

Premier poste à 18 ans : je suis assistante commerciale (ma première formation me sert) pour 6 mois en remplacement d’une femme (les assistantes étêtent rarement des hommes) en congé maternité. Un travail monstrueux, des propositions commerciales techniques de 50 pages dactylographiées et un directeur qui me parle de façon condescendante et sexiste. Ma première mission fut de le mettre au pas et d’obtenir du respect dans la délégation et les ordres qu’il me donnait. J’avais sans le vouloir, mis toute une équipe au diapason et généré une bonne communication et de la coopération.  Quand je suis partie, j’ai été remerciée pour ce changement apporté !

J’achète ma voiture et je trouve mon premier poste de commerciale ! Puis après je n’ai jamais arrêté de faire du conseil, de la vente et de la négociation ! Mes meilleurs partenaires de négociation étaient des hommes, plutôt très intelligents, cultivés, avec un excellent poste, joueurs. Mon challenge, m’affirmer face à eux et gagner mes contrats avec des bonnes marges, et des projets de création disruptifs pour les entreprises dans lesquelles j’étais embauchée. Cette adrénaline permanente m’a apporté cet équilibre entre ma soif de créer tout le temps et mon besoin de convaincre et de signer pour concrétiser et réussir à transformer.

Je me sentais comme une athlète en compétition permanente, je vivais dans le challenge, entre la vente externe avec des clients très négociateurs et des contrats importants et la vente interne pour accompagner des changements et faire évoluer la fabrication technique : je vendais des objets sur mesure fabriqués en série. La partie la plus serrée était la négociation interne avec les techniciens pour toujours innover. Dans cette entreprise basée en Province où je télé-travaillais, déjà, et parcourais la région parisienne avec ma valise d’une tonne, remplie de médailles et de pin’s, négociais les contraventions avec les pervenches, du temps où c’était encore envisageable…

Mon chef des ventes me harcelais tous les jours pour me contrôler, alors que j’étais le premier chiffre d’affaires de France, mais j’étais une femme et il me harcelais, alors qu’il buvait des tonneaux de vin avec se copains, les vendeurs les moins rentables de la force de vente, pour parler entre “hommes”, pardon mais c’était comme ça qu’il se comportait.

Le pire, c’est le jour où il m’a craché sa fumée de cigare dans la figure et m’a dit en la dispersant de sa main “pardon Sylvaine, j’avais oublié que tu avais déjà été gazée”. Ce jour là fut très dur, mais je comptais sur le soutien de mon Directeur Commercial qui ne fut pas à la hauteur “allons, allons, vous vous faîtes des idées, il est comme ça…”. Le lendemain, il avait ma démission sur le bureau, même si je gagnais très bien ma vie, la liberté et l’intégrité étaient toujours au dessus ! Aujourd’hui, j’aurais certainement attaqué en justice. Ce chef des ventes a été rétrogradé quelque mois plus tard, moi, je voguais déjà dans d’autres aventures !

Faut-il avoir mené des négociations dans les commandos armés pour avoir une image de négociateur affirmé ? Faut-il être un sportif célèbre pour parler à des managers, les motiver et les former ? Encore l’imagerie du stéréotype ! Faire de la négociation ou du management de haut niveau en business n’a aucun rapport avec cela, c’est avant tout une relation de confiance, du leadership et beaucoup de stratégie !

J’étais spontanée et enthousiaste tout comme aujourd’hui et je pratiquais l’improvisation théâtrale (comédienne et coach) qui ne fut pas un monde si facile, les filles pour s’affirmer devaient avoir des personnages très stéréotypés ou être “des mecs”, l’univers était peu bienveillant mais très challengeant et confrontant, ce que j’aimais. J’ai créé mon école d’improvisation en apprenant aux filles d’incarner ce qu’elles voulaient être et en imposant la bienveillance dans le jeu et sur le banc des joueurs. Puis l’associatif était peu gratifiant et je l’avait abordé comme la création d’une entreprise, certainement parce-que j’étais entrepreneure mais le syndrome d’imposteur (imposteuse ? Bon ça n’existe pas au féminin:)) que j’avais m’empêchait de voir ce que j’étais, je croyais que tout ce que faisais était normal, sauf que ceux qui le faisait avaient généralement 10 ou 20 ans de plus.

Je l’avais déjà raconté mais le point décisif de ma carrière est un échec injuste en apparence. Beaucoup plus tard, je trouve un poste de manager de centre de profit, je manageais une équipe commerciale et je finissais à 17h pour pouvoir aller chercher mon bébé à la crèche. Je dirigeais la journée, le soir, “ma deuxième journée commençait” pour mon plus grand bonheur. Oui, j’avais négocié et on m’a beaucoup reproché cela, mes horaires alors que le centre réalisait le plus gros chiffre d’affaires. Mon directeur “m’adorait”, il parlait de moi à tous les autres d’une façon condescendante qui me dérangeait énormément “regardez comment elle fait, vous devez faire pareil, vous n’êtes pas bons”. J’avais un autre directeur, mon N+1 et ce DG. Le N+1 n’avait pas de charisme, il exécutait les ordres de la DG, un gentil “petit chef” qui criait quand il n’avait plus d’autorité…

Puis un jour, j’ai annoncé que j’attendais mon second enfant et là j’ai vu le vrai visage, que je voyais déjà d’ailleurs, de mon DG “comment osez-vous me faire ça ? Je vous croyais carriériste ! Comment vous croyez que je recrute moi ? Je les choisis divorcées ou carriéristes”… Mais je n’étais pas au bout de mes surprises. Les collaborateurs m’avaient envoyé une carte pour la naissance, le N+1 était venu me voir, j’allais reprendre… Quand ils m’ont annoncé ma mutation à 40 kilomètres pour que je parte. Pendant mon absence, le DG avait préparé une vraie vengeance de pervers narcissique, monter un dossier car j’étais irréprochable et diner mon poste à une femme qui faisait des heures et voulait mon poste… J’étais virée car maman ! J’ai donc accepté un licenciement car cette libération était nécessaire et aller m’amener vers moi encore plus ! Ce DG a été licencié quelques mois après mois par le siège américain…

Je décide de reprendre des études, car j’avais une soif d’apprendre incroyable, une détermination plus forte que jamais… Je passe un concours pour rentrer en DESS (Master), je réussi les tests psychométriques de niveau, déjà ravie et je valide mes plus de 12 ans de cadre commerciale. Je suis Master en management Marketing et vente ! Je n’ai plus à être complexée face à mes compétiteurs d’école de commerce souvent cassant vis à vis d’une petite autodidacte…Mais finalement, c’est pour moi seule tout ça pour me prouver que je peux… Et j’étais bien loin de m’imaginer que j’étais une zèbre multi-potentialiste ce que des spécialistes m’on dit plus tard, j’ai encore du mal à y croire. Un zèbre se confond dans la nature mais est toujours différent, j’avais appris à vivre avec cela en pensant que c’était un  handicap, alors je me suis conformée mais toujours en m’affirmant pour garder mes valeurs, et je ne vous raconte pas tout…

Puis, j’ai eu mon troisième fils… Et j’ai commencé à animer des grands projets de formation, très difficiles à animer, car il s’agissait d’une transformation d’entreprise multinationale.

J’ai tout appris dans la difficulté et je me suis sortie de situations extrêmement difficiles au niveau humain. C’est très dur et formateur !

Alors, j’ai créé En Haut de l’Affiche, mon entreprise de formation à la vente, à la négociation, au management et à la prise de parole en public et de coaching et depuis je n’arrête pas d’être moi en faisant toujours le même choix : la liberté. J’aime accompagner la transformation par la formation et le coaching, l’intelligence collective et le team building, amener une vision holistique, intuitive et très opérationnelle. J’accompagne des négociateurs de haut niveau et leur permet de gagner beaucoup, je coache des dirigeants, souvent des hommes qui me cachent, pourquoi ? Etre une homme dirigeant, c’est être né parfait ?

J’aimerais juste une chose, faire beaucoup plus de conférences pour montrer qu’on peut réussir en étant une femme enthousiaste, spontanée et déterminée et inspirer et motiver mon auditoire comme je le fais toujours, sans avoir besoin d’être un homme, un clone ou une experte formatée ! J’aimerais aussi un jour diriger une entreprise plus importante et montrer qu’en étant atypique, on peut réussir des performances incroyables et générant de la valeur et du bien-être ou être à la tête d’une école de commerce que je transformerais ou mener un projet mondial de formation, j’ai eu l’occasion de monter un gros projet international ! Je suis heureuse d’être une source d’inspiration pour des femmes qui ont besoin de cette impulsion pour continuer leur trajectoire avec plus de confiance. J’écris actuellement mon deuxième livre.

A retenir :

    • Toujours avancer
    • Avec ses valeurs et rien d’autre
    • S’affirmer
    • Changer si vous n’êtes plus en accord ou si vous subissez du harcèlement
    • Continuer d’avancer
    • Accepter les échecs
    • Réalisez-vous dans votre passion
    • Continuer !

Et j’ai le plaisir de vous annoncer la création de ma nouvelle conférence : Déterminée et résiliente !

Illustration ©PEK Philippe-Elie Kassabi

Photo ©Raphaël Demaret

EP Rebelle bienveillante à écouter sur les plateformes

LivreLa puissance de la spontanéité