26/03/2020

Du déni à la résilience, gérer la crise

Le déni
Partagez !

Le Déni

Face à un choc, à un changement, à lui-même, l’être humain est face à un certain “Déni”. Comme j’en parle à mes apprenants quelque soit leur niveau hiérarchique, l’être humain est doté d’un “ami” qui s’appelle “Déni”, il l’appelle dès que le changement est nécessaire, il l’appelle de manière inconsciente.

Le déni explique en grande partie la résistance au changement, présente dans l’apprentissage comportemental et tous les changements. en ce qui concerne la crise majeure que nous vivons, nous avons pu observer ce déni depuis le début.

Ce phénomène de résistance psychologique se met en place face à tout changement, c’est pour ça qu’il au au cœur de ma méthode. Je l’appelle « votre meilleur ami Déni », l’empêcheur de changer !

Le Déni dans la crise

#Coronavirus #Covid19 rappel de l’historique

▶️ Début de la propagation avec suspicion pandémique en Chine : 14/12/19

▶️ Gestion des ressortissants français en Chine rapatriés et en quarantaine

▶️ « Tout va bien » soit disant

L’affaire Griveaux

Agnès Buzyn quitte son ministère pour faire campagne au pire moment

▶️ Février 2020 : propagation en Italie

▶️ Et aucune décision a été prise à ce moment-là, un match de foot avec 3000 supporters italiens a même été autorisé

France

▶️ Emmanuel Macron annonce la fermeture des écoles et un probable confinement en maintenant les élections

▶️ Annonce de la fermeture des magasins et cafés, restaurants le 14/03

▶️ Élections dimanche 15/03, maintenues, mettant en danger les personnes âgées

▶️ Confinement partiellement respecté depuis le 17/3/20

Écouter et appliquer le confinement de manière globale est la seule action possible sans vaccin.

Ne pas écouter est un déni et même délit entraînant des drames et la surcharge des hôpitaux !

 

La résilience et la vision prochaine

Après ?

Mon côté bienveillant et optimiste voit un possible changement positif après cette crise. J’espère que le premier réflexe d’acheter frénétiquement mais plutôt de continuer à laisser se reposer la terre : moins prendre sa voiture, se déplacer à pied, aller voir ses proches…

La terre nous envoie des signes, les animaux aussi ! Et si nous inventions un modèle économique plus proche de nos valeurs humanistes et des besoins de la terre. Nous pourrions créer des emplois utiles et rassurer notre descendance quant aux ressources de la terre et à un changement positif possible. J’ai écrit un article sur le lien entre la spontanéité et la nature, et si c’était ça la solution : une NOUVELLE FAÇON DE PENSER LE MONDE ! Cher Président, arrêtez de parler de changement, incarnez-le et faîtes appel à des personnalités foncièrement différentes de vous, pas des corrompus du pouvoir qui vont dans le sens du VIEUX MONDE !