06/05/2020

La résilience après la crise… Comment redémarrer positivement ?

La résilience selon Sylvaine Messica, illustration Philippe-Elie Kassabi crédit PEK
Partagez !

Bientôt le déconfinement ! Super ! Qu’allons-nous faire de cette période ?

Quel est le choc psychologique laissé sur le collectif et l’individuel ?

La résilience est l’apanage des leaders qui apprennent à construire dans la difficulté.

Est-ce que chacun a les armes pour revenir solide ? 

Nous parlons de résilience en psychologie, pour décrire un traumatisme surmonté par une personne de façon constructive. La résilience est un terme au départ chimique qui décrit la capacité à une matière à reprendre sa forme initiale après une un choc. C’est une forme d’agilité psychologique.

—–

Extrait tiré du livre La puissance de la spontanéité [3].

La résilience est un terme démocratisé par Boris Cyrulnik [2] , apparu grâce aux travaux Emmy Werner[1], qui a proposé le mot en 1982, emprunté à la physique pour caractériser le retour à un état antérieur d’un élément, autrement dit une capacité d’adaptation au choc traumatique. La résilience devient un kit de survie pour transformer sa souffrance en arme de reconstruction massive.

La résilience est l’attitude de pardon-libération qui permet d’avancer face à un traumatisme ou une histoire difficile. Cette aptitude se développe grâce à un mental optimiste et solide, qui va toujours de l’avant. Plus, vous regardez en arrière, plus vous ressassez, moins vous êtes résilient. Plus vous avancez, tout en reconnaissant ce qui s’est passé, plus vous trouverez la force et les ressources créatives pour transformer le problème en solution ! 

—–

Les managers devront faire attention à bien écouter leur collaborateur et ouvrir le dialogue sur le confinement, comment chacun a vécu les choses, et comment se projeter. Est-ce que le mental de votre équipe est ok pour redémarrer ?

Vos collaborateurs ont-ils perdu un proche du Coronavirus ? Quelles sont les conditions financières de la famille ? Même si, je dis toujours à mes coachés managers de ne pas mélanger la vie privée des collaborateurs à celle du travail, là il y a une question de motivation fondamentale à prendre en compte. Si votre collaborateur a un.e conjoint.e entrepreneur.e par exemple, sa situation peut être délicate et même si la motivation de retravailler est là, le socle de la pyramide de Maslow[4] qui constituent les besoins fondamentaux et vitaux a pu être touché, donc une sensibilité à la démotivation possible par déstabilisation du système de la famille. 

Le malaise psychologique est palpable, car j’ai reçu beaucoup d’appels de demande d’accompagnement formulée de façon personnelle, sans prise en charge de l’entreprise, dont le besoin fondamental est la résilience, même si c’est rarement formulé ainsi. Les salariés n’en parlent pas, étant donné la période, ils ont peur de se plaindre et que se soit mal vu en interne. Cette croyance ou peur légitime conditionne le comportement.

 

Quand aux dirigeants, ils naviguent à vu sur un paquebot ou une barque, prenant en compte les données météo, de tempête ou d’accalmie, au fil de l’information, d’où l’importance de la spontanéité qui permet une agilité du moment qui sur le long terme est un levier de leadership puissant.

La résilience se décrète pas, elle se développe dans un état d’esprit positif et compréhensif. De même que le dirigeant et les managers ont subi le même choc. Le besoin de l’après confinement n’est pas qu’économique, il est avant tout psychologique.

Les prestataires, dont je fais partie, ont vu toutes leur prestations s’annuler ou se reporter, les clients en off ne sont pas tranquilles car nous sommes tous dans l’incertitude, qui d’un côté est positive si on a l’esprit constructif et optimiste et de l’autre très difficile à gérer pour certains. Pour ma part, j’ai entrepris une séries de webinaires “le leadership en temps de crise” que j’ai voulu offrir, comme une bulle d’oxygène inspirante pour les managers et les dirigeants, et à présent, une série de coaching en petits groupes (tarif spécial confinement) pour accompagner les leaders à reprendre tout leur potentiel et même plus, ce qui compte pour moi, c’est de partager mon talent pour faciliter le mental, la confiance et la reprise rapide au niveau du business.

Les dirigeants ont pour l’instant une seule préoccupation, le retour du business ! Bien accompagner le changement psychologique, c’est primordial, car on entraîne une équipe vers le haut que si elle est suffisamment solide et motivée.

Alors comment développer la résilience après la crise ?

Les clés de la résilience après le confinement :

  • Etre authentique et manager l’optimisme
  • Laisser du temps à chacun (à soi) de se ré-approprier son espace de travail physique ou virtuel
  • Ecouter chaque collaborateur
  • Donner des objectifs atteignables et motivants
  • Générer du changement positif : être un leader avec une vision
  • Projeter le futur positivement en en toute transparence
  • Communiquer de façon optimiste plus que d’habitude et s’entraîner car vous parler a un public qui a vécu un choc tout comme vous
  • Laisser des soupapes de décompression à l’équipe
  • Donner le temps du retour à l’hyper performance pour éviter toute fatigue et sur-sollicitation (attention aux burn out)
  • Rencontrer ses clients et ses fournisseurs, demander des nouvelles à chacun, se mettre sur le niveau humain
  • Reprendre les sujets laissés de côté
  • Former et accompagner, surtout les équipes terrain
  • Générer l’intelligence collective pour proposer l’ouverture de solutions créatives, ensemble
  • S’appuyer sur les valeurs de l’entreprise
  • Développer des projets humanistes au sein de l’entreprise
  • Aménager des moments conviviaux malgré la distance sociale imposée

La tentation est grande pour certains de faire une “révolution”, et si nous bâtissions d’abord ensemble notre futur ?

[1]Boris Cyrulnik  pédopsychiatre français

[2] Emmy Werner : psychologue américaine

[3] La Puissance de la spontanéité, auteure Sylvaine Messica, illustrations de Philippe-Elie, Editions Eyrolles 2019 

[4]  Maslow, psychosociologue spécialiste de la motivation