07/03/2013

Aider les jeunes avec l’improvisation théâtrale

Partagez !

Alain Degois, dit Papy, est le premier entraîneur qui m’a enseigné l’impro quand j’avais 17 ans, alors que cette discipline pointait tout juste son nez en France, introduite par Leduc et Gravel, comédiens québécois. Je suis ensuite devenue sa coach car il voulait jouer dans notre équipe et l’entraîneur n’est pas le coach du match !

Papy a développé un projet pour la ville de Trappes dédié à la jeunesse des quartiers : apprendre à improviser dans un match d’impro, un jeu avec des règles strictes. Il a entraîné un certain Jamel Debbouze… Papy est un homme marquant de ma vie, un booster, un ami et quelque part ma famille, celle qui m’a accueilli à un moment important. J’ai aussi été sa coach quand il a voulu monter sur scène et improviser à son tour, il a été plus tard entraîneur et parrain de la ligue d’impro que j’ai créée en 1997 et j’ai promu ses spectacles sur Paris.

Papy utilise l’improvisation comme levier social et le fait avec beaucoup de cœur. Sa démarche permet de travailler sur les problèmes de banlieue par l’enseignement de l’impro… Pour ma part je pense que la démarche doit se démocratiser et que tous ceux qui enseigne l’improvisation le fasse dans tous les collèges et lycées. J’enseigne l’improvisation appliquée au management à HEC, l’Essec, et l’ESCP et d’autres écoles prestigieuses et pourtant ils ont besoin de l’improvisation que je leur enseigne car il y a des problèmes de confiance et de besoin de cohésion absolument partout !

Nos terrains d’expérimentations grâce à l’outil “impro” ou improvisation appliquée sont parallèles et se rejoignent parfois, le social pour lui et les organisations, pour moi. Nous montons des projets ensemble autour de l’intégration dans l’entreprise…

Nous partageons une vision commune humaniste et l’amour de développer l’humain, grâce notamment à l’adaptation que nous avons fait de l’outil puissant qu’est l’improvisation. Nous travaillons ensemble encore aujourd’hui sur des thématiques comme le handicap et la diversité, toujours traité avec humour bien sûr !

Il vient d’écrire un livre autobiographique “Made in Trappes”, “Pourquoi seuls les enfants de la banlieue doivent-ils se justifier d’avoir du talent ?”