Réseaux sociaux : les nouvelles meutes ! [WPPV-TOTAL-VIEWS]

Réseaux sociaux meute illustration PEK Philippe-Elie Kassabi

L’homme, enfin l’humain, est un être de meute, comme le loup. La relation, les émotions, les interactions, les conflits sont nos modes sociaux et bien que nous soyons dans l’ère individualiste, du personal branding, cet humain semble toujours avoir besoin de sa meute. Le Covid a fragilisé les meutes physiques, les évènements, rassemblements, fêtes, lieux de culture, de fêtes, de culte, salles de sport, salle de formation…

 La meute est séparée et chaque loup muselé porte un masque ! Le loup ère à la recherche sa nouvelle meute jusqu’à hurler sous la lune à visage ou à voix découverts.

Les réseaux sociaux, sachant que certains y vont pour se divertir, s’informer, vendre, promouvoir, réseauter, apprendre et d’autres pour être célèbres ! Et dans la meute, il y a a ceux qui veulent être chef du clan, ceux qui suivent et les indépendants qui comprennent exactement à qui ils ont à aire et qui veulent rester libres d’aller d’une meute à l’autre pour hurler librement ! Pendant le confinement, j’ai découvert une autre meute, j’y ai fait 2000 enregistrements : Smule, une application et un réseau incroyable pour les chanteurs, là je ne croise pas de loups mais quelques coqs et des rossignols ! Si vous aimez chanter, venez partager, vous m’y trouvez à @eniavlys comme Sylvaine à l’envers !

L’être humain est un être relationnel qui cherche sa famille, sa communauté et dans cette meute, il y a les dominants, ceux qui veulent diriger la meute. Certains ont ce pouvoir naturel, le leadership, d’autres essaient de la fabriquer à coup de followers, preuve factice du leadership mais preuve réelle d’une présence virtuelle ! Bien sûr, c’est une nouvelle façon de vendre en créant de la data, des données : les clients, voilà pourquoi nous sommes inondés de pub automatisée quand nous sommes la cible !

Sur LinkedIn, même si les influencers évoluent, les contenus restent de qualité avec quand même certaines stratégies de mass market, des posts qui hameçonnent et sont loin de juste vouloir partager avec vous, mais vous savez les reconnaître ! Les loups de Linkedin au début, c’était les experts, maintenant c’est aussi les automates, des process puissants d’automation pour générer du likes et des vues, pour remonter dans l’algorithme, le dieu des réseaux sociaux !

Mais LinkedIn doit faire attention de ne pas mettre en avant des gourous creux qui cherchent des vues, car sa valeur ajoutée est dans la qualité, sa différenciation pourrait s’orienter vers l’originalité des posts et la création, je veux y croire pour éviter le galvaudage édulcoré « à la Facebook » à coups de likes commandé par un robot !

J’ai découvert Club House dont tout le monde parle en ce moment, les loups qui sont là et qui veillent au territoire : les followers ! Il faut avoir un iPhone et y être invité pour accéder… En tant que speaker spontanée, j’adore le modèle qui est seulement vocal : une scène, un public, une question pertinente, des modérateurs, des speakers et de la spontanéité, enfin, yes !

Comme dans toute meute, il y a de belles découvertes, des personnes géniales que j’ai rencontrées, des langues nouvelles que j’ai entendu, même en français, les générations Y et Z y sont chez eux avec un franglais assumé !

L’intergénérationnel se rencontre enfin avec quelques divergences de langages. D’ailleurs, l’un de mes fils est influencer sur Tik-Tok avec 100 000 abonnés mais j’ai une interdiction formelle d’y aller, c’est le réseaux des louveteaux qui ne veulent pas des loups !

Hier, j’ai même parlé sur CNN, la room, avec des speakers américains bien ancré dans leur modèle : Réseau + Réussite + Résultat + Rentabilité, je viens d’inventer les 4 R ! Ce qui m’a amusé était de voir si je pouvais assurer  devant 1000 personnes en anglais sur un sujet purement américain, les Headlines, leur news… Ils m’ont posé des questions sur l’affaire Sarkozy qui a heurté leur modèle cette semaine ! L’expérience était « Amazing » et bienveillante, c’est ça que j’aime chez nos amis américains, ils donnent la chance !

Je découvre des « conférenciers » inconnus, mais la parole crée, « je dis que je suis, donc je suis ! »

Jamel Debbouze et quelques comédiens et artistes y ont fait éruption ! Des dirigeants, des gourous, des faux humbles, des gens très bienveillants et très talentueux, ce réseau est une vraie cour et même parfois une basse-cour que j’ai surnommé « Club Goose », Goose en anglais c’est une oie, et hier, j’ai voulu monter dans la « stage », la scène et un des speakers a dit « on est déjà 4, les autres posez-nous des questions » mais, si je monte, j’ai peut-être une expertise intéressante et si le modérateur me fait monter c’est que je peux parler, c’est un peu la limite du modèle. On peut tout à fait décider de faire parler qu’un speaker, mais dans ce cas, on ne fait monter personne ! J’ai découvert des Hosts qui ont beaucoup de valeurs et à présent, je me focalise sur eux car ce sont de vrais leaders, dignes de diriger la meute !

Club GOOSE par PEK Club House

Parfois les rooms ressemblent à une basse-cour

Mais le nombre de followers n’indique en rien le leadership réel de l’influencer. Un vrai leader peut parfaitement vivre dans l’ombre de tous les réseaux sociaux et faire avancer ses projets sans cet outil ! 

Certains parlent et s’écoutent parler, trois heures pour ne rien dire sur un système basé sur l’instant, exit les beaux parleurs ! D’autres proposent de vrais programmes, d’autres s’amusent et partagent, d’autre en font un business mais le comportement de certains est très intéressant, prendre la place et hurler le plus fort pour être le chef de la meute, oui tout est basé sur la voix, et l’écoute, une opportunité car je la développe depuis toujours, en tant que conteuse, speaker, comédienne et chanteuse ! Mais malgré toute l’expérience, sur un nouveau réseau, tout le territoire est nouveau, et à nouveau, il faut faire ses preuves.

Alors en découvrant, je fais des erreurs comme les autres, vouloir parler dans une room, finalement pas intéressante où on ne te connais pas, ou tomber dans une room où tu sens que celui qui anime n’a pas envie que tu parles parce-que tu lui « fais de l’ombre » potentiellement.

Bref, les loups, louveteaux, renards, oies, coqs et poules, marquent leurs territoires soit pour les mauvaises raisons : prendre le pouvoir par le nombre de followers, soit par pure générosité, apprenez à les reconnaître cela en dit long sur l’égocentrisme de notre société ! Je préfère en avoir moins et faire entendre ma voix avec des loups fiables et partenaires, apprendre et découvrir des speakers de qualité et un thème pertinent ! Mais c’est encore loin de concurrencer la radio qui est animée par de grands professionnels dont je salue le talent car je suis passionnée par la radio depuis toujours. D’ailleurs, à ce sujet, je suis invitée dimanche 8 mars 2021, pour la journée des droits des femmes, à 9h, sur Sud Radio, avec le débat suivant : l’égalité Femmes-hommes est-elle possible ? 

Et je suis Host d’une room que j’anime, le 8 mars à 18h30, sur Club House, si vous êtes une femme au parcours extraordinaire, artiste, speaker, auteure, entrepreneure, journaliste, chercheuse, politique, envoyez-moi un message et venez parler dans la room « Elles sont EN HAUT DE L’AFFICHE et pas que le 8 mars !« . Je suis aussi aux côtés de l’équipe Feed, avec Anthony Bourbon, comme coach des pitchs des entrepreneurs et start-upers, retrouvez-moi le dimanche à 20h !

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Write a comment