27/01/2020

Etre une femme en 2020 ?

Partagez !

“Femme des années 80 et femme jusqu’au bout des seins, ayant réussi l’amalgame de l’autorité et du charme”, disait Michel Sardou…

Oh la belle image de la femme sexy qui réussit et en même temps un hymne féministe pour l’époque ! Féministe veut dire “vouloir que les femmes aient le même statut égalitaire que les hommes”. Ce n’est donc pas forcément une amazone avec une arme qui tuent les hommes…

Et où en est la femme des années 2020 ?

Tout d’abord, je tiens à dire que je suis super heureuse en tant que femme et que je crois à une mutation positive de la société, en espérant que cela ne se limite pas à la France et que chaque région du monde comprenne l’intérêt suprême de l’égalité, c’est loin d’être gagné sur le plan mondial. La culture et l’éducation feront toute la différence, le combat est là !

Aujourd’hui, où en est-on du point de vue des représentations des femmes dans la société ?

La révolution sur les réseaux, c’est l’arbre qui révèle la forêt !

Un ouragan nommé #metoo ou sa version trash #balancetonporc a débarqué en 2017, il était tellement chargé que la parole s’est libéré par déferlante et se libère encore. Je suis très gênée par la tournure que prend l’après soirée des Césars 2020 car nous avions une opportunité de nous unir autour de l’humanisme pour changer les choses, les règlements de comptes sont de l’ordre de la revanche, compréhensible et à la fois répréhensible, les révolutions passent aussi par ces phases, j’espère que cela produira du positif pour les femmes et les hommes, pour l’égalité et la protection de l’enfance, surtout, et la fin de l’abus de pouvoir !

Au cinéma ou dans les médias, quelle image de la femme nous renvoie-t’-on ?

Une femme est souvent jolie à l’écran, souvent la partenaire d’un homme qui est le héros, passé un certain âge, elle est souvent retouchée par la médecine esthétique et passé 50 ans, elle se fait rare à l’écran. A croire que la femme de plus de 50 ans disparaît dans le vie, car l’écran est censé représenter la vie. Une association s’est même montée à ce sujet “le tunnel des 50 ans” pour défendre le travail des comédiennes. D’ailleurs Yann Moix ne s’est pas privé de sa réflexion à propos des femmes de 50 ans qui ne peuvent pas être belles, d’après lui. Les jeunes femmes ont besoin d’avoir des repères physiques et intellectuels non polis par la censure sociétale et médiatique ou le botox ! Alors, ça évolue, doucement, doucement… Tous les sujets tabous se libèrent, le harcèlement, la violence faîte aux femmes, l’inégalité des salaires et des pouvoirs. Et la bataille est loin d’être fini car il y a beaucoup de croyances à changer y compris dans le raisonnement des femmes dont le sexisme est inclus dans le mécanisme de pensée.

Représentation des femmes au cinéma*  : Hommes : 70%        Femmes : 30%

Le personnage le plus longtemps à l’écran :  Homme : 79,3%          Femme : 20,7%.

Réalisateurs : 91,4%          Réalisatrices : 8,6%

Une seule femme a obtenu la Palme d’Or : Jane Campion, en 1993, pour La leçon de piano

La fiction influence la société et vice versa, donc les chiffres donnent une photo réaliste des stéréotypes véhiculés.

Et dans la vie active ?

Les femmes travaillent beaucoup et il n’est plus forcément de bon ton de s’occuper de ses enfants, car passé quelques années, on vous fait bien comprendre que vous êtes coupable et qu’il ne fallait pas s’arrêter… Quand à celles qui travaillent, voire celles qui entreprennent et créent des entreprises, et bien pour être dans cette catégorie, je dirais que c’est un peu comme si nous devions faire une course sur un terrain de sable mouvant et qu’à côté de nous, on apercevait une piste lisse de course faîte seulement pour les hommes !

La parité obligatoire amènent des biais tout comme elle en amène pour la discrimination positive dans d’autres domaines. Les stéréotypes changeront lorsque l’éducation des enfants sera égalitaire.

L’héritage de la société “patriarcale” nous fait payer le fait d’être ambitieuse, battante, persévérante, car les hommes continuent à avancer plus vite à compétences égales dans les sphères de hauts niveaux. Il m’est arrivée d’être assise à côté d’un patron connu et d’avoir l’audace spontanée de l’aborder pour le prospecter comme client, devinez pourquoi il m’a donné rendez-vous à son bureau des Champs Elysées ? Pour me faire des avances ! Est-ce envisageable d’être des “humains d’affaires” ?

Je précise quand même que j’adore travailler avec les hommes, que je conseille, forme et coache, ceux-là me font confiance et ne se mettent pas en rivalité ou en mode conquête, nous sommes des partenaires d’égal à égal, et ça marche ! Car évidemment, nous sommes complémentaires dans la plupart des cas.

Si nous sommes nombreuses à avoir un “syndrome de l’imposteur “, d’ailleurs ce mot n’existe pas au féminin, ce qui prouve peut-être que nous ne pouvons pas l’être ! Pour qu’on le porte aussi nombreuses et aussi fortement, c’est qu’on nous a bien fait comprendre qu’il faudrait gagner notre place, et cela depuis l’enfance. Ayez des rêves et osez les réalisez, mesdames ! Et là, je peux dire aussi que je coache beaucoup de femmes de haut niveau dans les entreprises ou des dirigeantes, notamment pour muscler l’estime de soi, signe que le syndrome de l’imposteur fait du dégât !

Donc….

  • Etre une femme, c’est se battre plus pour arriver au même niveau
  • c’est devoir montrer sur le marché du travail qu’il n’y a aucun frein familiaux, c’est de prouver toujours et encore et y compris avec d’autres femmes d’envergures car il y a parfois une sorte de rivalité arrivées au sommet, alors qu’il serait si simple et si puissant d’être solidaires, tous !
  • Etre une femme, c’est magique, car nous donnons la vie

Nous sommes donc des créatrices généreuses.

  • Etre une femme, c’est être à l’écoute du monde

Et vouloir le changer pour vivre dans un monde d’égalité.

  • Etre une femme battante, ce n’est pas agir comme un “homme” 

ne pas s’excuser d’être battante ! Non “Mister Miso” (clin d’oeil au personnage de ma chanson et qui est misogyne) ”

regardez le clip “Les filles de Simone Veil”

  • Etre une femme aujourd’hui, c’est simplement agir de façon engagée

Et sans paire de… ! Vous avez pensé à quoi, de lunettes bien sûr…

Et un homme peut pleurer et s’émouvoir sans avoir à se cacher !  Arrêtons les images stéréotypées.

Changer les mentalités passera par l’éducation et je crois beaucoup à la jeunesse d’aujourd’hui, notamment les hommes !

  • Etre une femme, c’est pouvoir affirmer ce que l’on veut et le faire.

C’est vivre dans une société égalitaire, même si ce n’est pas le cas, le fait de le penser et d’agir en sorte fait évoluer les mentalités.

  • Etre une femme, c’est juste merveilleux

un cadeau de la vie qui permet de se développer dans un optimisme sans limite !

Je suis engagée, oui, bienveillante, oui, égalitaire car je considère les hommes et les femmes à égalité, et je n’aime pas les propos hostiles aux hommes et contre-productifs. Etre égalitaire, c’est l’être des deux côtés. Il faudra environ 100 ans pour arriver à l’égalité mais avant tout, comme le dit une maxime chinoise que j’aime beaucoup.

Si tes projets portent à un an, plante du riz ; à vingt ans, plante un arbre ; à plus d’un siècle, développe les hommes... Proverbe chinois

 

 

Je suis plutôt fière d’avoir eu l’envie et l’intuition de libérer cette parole avec mes conférences, mes ateliers d’empowerement et ma chanson “Les filles de Simone Veil”, écrite en 2015, que je jugeais moi-même trop engagée, depuis 2018, elle est toujours programmée en radio ! Petite victoire, la chanson a eu plus de 140 000 auditeurs sur Spotify ! Grande victoire de la Rebelle Bienveillante !

rebelle bienveillante, l'EP de sylvaine messica

Je cherche à me connecter avec les responsables des festivals de musique, particulièrement si il s’agit de mettre en avant les femmes, et j’interviens en conférence et formation dans les réseaux féminins ou les entreprises/organisations qui cherchent à agir sur l’égalité !

Pour écouter l’EP Rebelle Bienveillante

RDV dimanche sur la matinale de Sud Radio, en direct, spécial 8 Mars 2020 !

La photo de l’article est celle de la pochette de l’EP, crédits photo @JF Deroubaix et dessin @Philippe-Elie Kassabi

Pour en savoir plus sur mon engagement pour l’égalité, lisez l’article “Les femmes, l’égalité et Simone Veil”

Extraits de la conférence-spectacle “Le pouvoir de l’affirmation”, pour une demande d’intervention en conférence-spectacle “Le pouvoir de l’affirmation” suivi d’atelier sur l’affirmation de soi et empowerement.

Pour une demande de formation pour les femmes de votre entreprise

*Sources étude CNC, article Inrocks 2017